Départ de Mgr Yves Le Saux

La messe d’action de grâces et d’au-revoir a lieu

dimanche 31 juillet 2022 à 15 h 30

à la cathédrale du Mans

Répondant à l’appel du pape François, Mgr Le Saux est nommé évêque d’Annecy
à compter du 27 juin 2022.

La messe d’action de grâce et d’au-revoir pour les 13 années qu’il a passées au service de l’Evangile à nos côtés, aura lieu dimanche 31 juillet à 15 h 30 à la cathédrale Saint-Julien du Mans​ ​​suivie de ​son installation sur le siège épiscopal d’Annecy, ​dimanche 21 août 2022 à 15 heures à l’église Saint-Maurice.

​Nous sommes tous invités à nous associer à ces évènements par la présence ou la prière.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

Transfert de l’évêque et vacance du siège épiscopal

 

Avec le transfert de Mgr Yves Le Saux à l’évêché d’Annecy s’ouvre pour le diocèse du Mans une période transitoire jusqu’à la nomination et l’installation d’un nouvel évêque.
Quelques éléments pour mieux comprendre ces quelques mois :

 

Repères chronologiques

 

  • Du 27 juin 2022 au 21 août 2022 (installation sur le siège épiscopal d’Annecy) : Mgr Yves le Saux, n’étant plus évêque du Mans en titre, devient administrateur apostolique, c’est-à-dire qu’il gère les questions courantes seulement.
  • A partir du 21 août 2022 : le collège des consulteurs dispose de 8 jours pour élire un nouvel administrateur diocésain. Ce dernier aura pour mission d’administrer le diocèse en attendant l’arrivée du nouvel évêque. Sa mission prendra fin au moment de l’installation du nouvel évêque du Mans sur la cathèdre.
Comment s’organise la gouvernance du diocèse ?

La stabilité du gouvernement de l’Eglise diocésaine est assurée notamment par la permanence de certains organismes diocésains et de certains organes du gouvernement du diocèse.

  • Le collège des consulteurs, dont la fonction est d’être garant de la stabilité du diocèse, qui va jouer un rôle plus important. Le conseil pour les affaires économiques apportera son concours pour l’administration des biens.
  • Les services administratifs gardent leur personnel : chancelier, économe diocésain. Il en est de même pour les services judiciaires.
  • Les charges qui dérivent directement de l’autorité de l’évêque disparaissent : vicaire général en tant qu’adjoint de l’évêque, et Conseils de l’évêque (conseil presbytéral et conseil diocésain de pastorale et d’évangélisation. Le nouvel évêque en instituera de nouveaux.

Le principe de cette période transitoire est qu’aucune innovation ne doit être faite : « Sede vacante nihil innovetur » (c.428 §1). Le diocèse est administré dans la continuité et avec prudence, pour permettre au nouvel évêque d’exercer pleinement sa mission à son arrivée.
Bien sûr, on ne peut éviter des changements dus aux nécessités de la vie, ils doivent être mineurs, le nouvel évêque devant trouver, en quelque sorte, son diocèse dans l’état tel qu’il était au départ de son prédécesseur.

Le collège des consulteurs

C’est l’ensemble des prêtres choisis librement par l’évêque (Mgr Le Saux) parmi les membres du conseil presbytéral.

Dans notre diocèse, ils sont au nombre de six : Grégoire Cador, François Cleret, Amaury de La Motte Rouge, Louis Lesacher, Bruno Mézière, Benoît Pierre.

C’est ce collège qui est chargé d’élire le prêtre qui administrera le diocèse jusqu’à l’installation du prochain évêque nommé par le Siège apostolique ; ce même collège reconnaîtra officiellement le nouvel évêque sur présentation de la lettre de nomination du Pape.
C’est lui qui valide les décisions importantes qui doivent être prises pendant la vacance du siège (nominations…).

L’administrateur diocésain

Il a pratiquement tous les pouvoirs de l’évêque, sauf ceux qui excèdent la simple administration du diocèse. Il est tenu aux obligations de l’évêque diocésain. Il peut appeler aux ordres et instituer au lectorat et à l’acolytat ; il demande le cas échéant à un évêque de procéder à l’ordination. (c. 1018) Tout comme un évêque, il administre un diocèse, est convoqué aux réunions des évêques de France ou de la province ecclésiastique, il donne le sacrement de confirmation, donne toutes les dispenses et partage de plein droit l’assemblée des évêques où il y vote.

Précisions liturgiques

L’usage veut que, durant une période de vacance du siège épiscopal, la phrase « notre évêque N. » soit tout simplement omise et qu’on ne mentionne pas le nom d’un administrateur diocésain temporaire, par contre, on mentionne le nom d’un administrateur apostolique.

En conséquence, à partir du 27 juin, 12 heures, moment où commence la vacance du siège épiscopal, on ne mentionnera plus « notre évêque Yves » dans la prière eucharistique, pas plus qu’on ajoutera une mention du type « pour notre futur évêque ». On priera donc pour « notre administrateur apostolique, Yves ».

Puis, à partir du 21 août, date de l’installation de Mgr Le Saux  à la cathédrale d’Annecy, on priera directement pour « l’ensemble des évêques » (c’est-à-dire tout le collège épiscopal). Cela donnera :

  • dans la prière eucharistique n° 2 : « Fais-la grandir dans ta charité avec le pape François, l’ensemble des évêques, et tous ceux qui ont la charge de ton peuple. »
  • dans les prières eucharistique n° 3 et n°4 : « le pape François, l’ensemble des évêques, les prêtres…. »
Cette période de vacance du siège épiscopal nous invite à prier pour celui qui nous sera donné comme évêque :

 

Dieu notre Père,
ton Fils Jésus a choisi lui-même les Apôtres
pour sanctifier ton peuple,
le conduire et lui annoncer l’Évangile.

Nous t’en prions,
accorde à notre Église diocésaine un pasteur doux et humble de cœur,
qui saura, à la lumière de l’Évangile nous guider dans la recherche de ta volonté
et nous accompagner dans notre mission de baptisés.

Prépare nos cœurs à accueillir
celui qui sera choisi comme évêque du Mans et successeur de Saint Julien.

Nous te le demandons dans l’action de grâce,
par Jésus le Christ, notre Seigneur.

Amen

Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre

Luttons contre les agressions sexuelles et la pédocriminalité

Victimes ou proches, l'Eglise vous écoute
Prendre contact