Les soeurs Hospitalières de Saint-Joseph (La Flèche)

Un départ pour Beaupréau (Maine-et-Loire)

Dans cette vidéo, faites la rencontre des soeurs Jeanine Blanche, Yvonne Bonnot et Marie-Thérèse Beneteau, Hospitalières de Saint-Joseph à La Flèche.

Actuellement sur le départ pour Beaupréau dans le Maine-et-Loire, elles prennent quelques instants pour nous parler de leur mission, du fondateur de la congrégation et de son charisme.

La congrégation des soeurs Hospitalières de Saint-Joseph à La Flèche

La congrégation a été fondée il y a maintenant 385 ans, un certain 18 mai 1636 à La Flèche.

Son fondateur est Jérôme Le Royer de La Dauversière.
Fléchois, il a un jour reçu un appel à fonder une congrégation féminine pour le soin des malades. Peu de temps après, il rencontre Marie de La Ferre, une femme qui avait reçu le même appel. C’est donc ensemble qu’ils vont fonder cette congrégation.

Quelques années plus tard, en 1653, Jérôme Le Royer reçoit un second appel. Celui d’envoyer les soeurs, dont il vient de créer la congrégation, pour la Nouvelle France afin d’y fonder une ville. C’est ainsi que naîtra Ville-Marie (Montréal, au Canada).

Le charisme de la congrégation et la mission des soeurs

Cette congrégation est fondée sur la compassion, l’attention et l’accueil de la personne « entière ».

Les soeurs ont alors plusieurs missions : le soin des malades, l’écoute des personnes isolées ou fragiles, l’accompagnement des personnes âgées mais aussi l’accueil, l’écoute et le partage avec toutes les personnes qui viennent sonner à leur porte (que ce soit pour discuter ou boire un café).

Des membres associés à la congrégation

Depuis plusieurs années, des laïcs sont associés à la congrégation. Ces derniers, touchés par la spiritualité de Jérôme Le Royer participent à la mission de la congrégation.

Au départ des soeurs, ces derniers resteront à La Flèche et contribueront à faire vivre ce charisme.

Soeurs Hospitalières de Saint-Joseph (La Flèche)
Soeurs Yvonne, Jeanine et Marie-Thérèse

Allocution de Jean Petit, vice-président de la Compagnie des Associés Amis de Montréal

en l’église Saint-Thomas de La Flèche le 25 avril 2021.

En prenant la parole au nom de la Compagnie des Associés de Montréal à La Flèche, je veux ici exprimer aux sœurs Hospitalières de Saint-Joseph, notre reconnaissance et notre gratitude pour ce qu’elles ont réalisé dans la foi, l’humilité, la régularité d’une vie donnée à Dieu, à La Flèche, mais aussi en France et au Canada.

Au plan local, c’est d’abord à La Flèche, qu’à l’initiative de Jérôme Le Royer de la Dauversière ont été fondés un hôpital en 1634 et en 1636 une congrégation de Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph pour le soin des malades et des pauvres. Ainsi depuis 385 ans les Hospitalières de La Flèche ont assuré une présence attentive de soignantes auprès des malades en résidant à l’hôpital même jusqu’en 1983 avant d’habiter rue Henri Dunant. Merci, mes sœurs, pour ces années au service des Fléchois.
Merci aussi, mes sœurs, pour votre accueil des réunions du bureau de notre Compagnie des Associés Amis de Montréal dont le but est de perpétuer le souvenir de votre fondateur et de favoriser les échanges culturels, religieux, économiques et touristiques avec Montréal. Comment ne pas évoquer votre rôle dans la préparation d’événements marquants pour l’histoire de La Flèche, comme en 1986 le 350ème anniversaire de votre fondation en collaboration avec la ville, le Prytanée et la venue à La Flèche de 300 RHSJ d’Amérique ? Comment ne pas évoquer cette même année l’inauguration du buste de Jérôme Le Royer que vous aviez offert à l’entrée du parc des Carmes, ou encore la réalisation d’un vitrail en cette église Saint-Thomas évoquant le rôle de Jérôme dans la fondation de l’Hôpital, de votre congrégation et de Montréal ?
Merci également pour vos réalisations, dans le cadre du Comité des Fondateurs, de plaquettes destinées à mieux faire connaître Jérôme Le Royer ou Marie de la Ferre, mises à la disposition des visiteurs de cette église, surtout depuis que notre pape Benoit XVI les a reconnus vénérables.
Au plan local encore le souvenir des Hospitalières reste bien présent. On n’oublie pas sœur Marie–Josèphe qui vient de nous quitter en janvier 2021, mais aussi soeur Armande Nicole retournée au Canada après douze ans de présence ici, ou encore plus anciennement soeur Yvonne Coubard longtemps au service de la maternité et qui, en son temps, affirmait avoir eu entre ses mains plus de la moitié des enfants nés à La Flèche !

Mais notre gratitude doit s’élargir au plan national car nos sœurs de La Flèche ont contribué à faire rayonner le message de Jérôme Le Royer de la Dauversière pour le soin des malades en France, avec les fondations des hôpitaux de Baugé, Laval, Moulins, Nîmes, L’Isle sur Sorgue … où ont servi soeur Blanche et soeur Bonnot.
Il me faut souligner enfin le rôle discret, mais efficace de la Communauté des Hospitalières en collaboration avec la ville, avec la population fléchoise, et de nombreuses associations pour célébrer des événements de portée internationale, comme l’inauguration en 1954 de la stèle évoquant le départ de centaines de recrues pour la fondation de Montréal. Ou encore les célébrations du 350ème anniversaire de Montréal à La Flèche en mai 1992 avec la participation de milliers de spectateurs français et québécois au port Luneau lors de la reconstitution du départ des colons pour le Canada, mais aussi en avril 2016 à l’initiative de la congrégation des RHSJ et de Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans, l’organisation d’un colloque international sur Jérôme Le Royer de la Dauversière au Mans et à La Flèche à la veille du 375ème anniversaire de Ville-Marie (Montréal).

Conscient de n’avoir relevé que quelques éléments justifiant notre grande reconnaissance envers les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, au nom de notre Compagnie et du Comité des Fondateurs je vous souhaite, mes Sœurs, de continuer à Beaupréau votre mission de service. Malgré l’épreuve de la séparation d’avec des lieux et des personnes qui vous sont chers, je suis sûr que vous évoquerez encore longtemps ces 385 ans de présence attentionnée à La Flèche. Vous pourrez alors redire avec la foi qui vous anime ces paroles inspirées par Dieu entendues par Jérôme dans ses méditations.
« Travaille à mon œuvre en aimant Dieu et le prochain… Ma grâce te suffit ! «  Merci, chères Sœurs.

Jean Petit

Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre