Qu’est-ce que l’Eucharistie ?

En cette période de confinement, et de jeûne eucharistique, le père Paul-Antoine Drouin revient sur l’origine de l’Eucharistie.

En 8 courtes vidéos, un retour sur les origines et les significations de l’Eucharistie.
Cette semaine les derniers numéros #7 et #8 !

Voici le texte de la dernière vidéo (sur 8) donnant quelques points de repères catéchétiques sur la liturgie de la messe. J’ai traité le dernier sujet en lien avec notre période de confinement (ce texte est en langage oral).

Nous arrivons à la dernière vidéo sur la liturgie eucharistique et ce fut un plaisir de vous partager ces quelques réflexions qui ne demandent qu’à se poursuivre par vos propres méditations ou vos lectures.

Je vous le disais dès le début : l’Eucharistie nous fait entrer dans un autre temps. A chaque messe, la terre où nous vivons s’élève et le ciel s’abaisse, nous sommes comme tenus en suspension. Non pas pour avoir des hallucinations ou des délires mystiques mais pour avoir une autre VISION du monde, une autre vision de nos vies quotidiennes, une autre VISION de nos relations sociales. Le sacrement de l’Eucharistie devrait nous aider à voir les choses à la manière de Dieu, c’est-à-dire avec de la hauteur. « Deviens ce que tu reçois » disait Saint Augustin lorsqu’il parlait de l’Eucharistie à ses fidèles : en communiant, que nous pensions comme Dieu, que nous entendions comme Dieu, que nous parlions comme Dieu. Le changement du pain et du vin en corps et sang du Christ a pour but de transformer aussi notre être et notre chair en hommes et femmes divinisés. « Puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité » disons-nous en versant une petite goutte d’eau dans le calice à l’offertoire. C’est fou !

La messe n’est jamais un dû : jamais un dû pour un fidèle, comme jamais un dû pour un prêtre ou un évêque. Mais c’est un don de Dieu. En cette période de confinement, nous apprenons que ce sacrement n’est un dû pour personne. Aucun de nous ne peut saisir, retenir dans ses mains ce sacrement qui nous dépasse. En cela, j’aime quand les Pères de l’Eglise appelaient ce sacrement un Mystère : ce terme nous aide à ne pas emprisonner ce sacrement, à ne pas nous l’approprier. Le seul grand prêtre, comme le dit l’épitre aux Hébreux, c’est le Christ lui-même. Et nous savons, à la suite de Marie Madeleine au jardin de Pâques, que nous n’avons pas le droit de saisir, de retenir, d’emprisonner le Christ, y compris dans son Sacrement très saint.

Les choses de Dieu se lisent dans le temps, dans la durée… Tout ce que l’on vit actuellement en ce temps de confinement et les initiatives que l’on pourrait prendre autour du sacrement de l’Eucharistie doivent être prises avec beaucoup de hauteur et de sagesse. Les urgences dans l’évangile se situent principalement autour de la misère : on doit apporter une réponse rapide, sans attendre, pour lutter contre la misère. On doit soigner les plaies béantes en faisant de notre Eglise un hôpital de campagne comme aime le redire notre Saint Père. Mais le reste doit s’écrire dans le temps de Dieu. N’oublions pas que notre temps s’écrit par-delà la mort, jusque dans l’éternité. Oui, les chrétiens, nous vivons sur une échelle d’un temps bien plus large…  Ne cherchons pas des palliatifs au sacrement de l’Eucharistie pour nourrir simplement une envie irrésistible. Des solutions rapides et émotives risqueraient, dans la durée, de dénaturer le sens profond de ce sacrement. C’est ce que la longue Tradition de l’Eglise nous révèle. Soyons des sages. Notre monde a tellement besoin de sagesse, d’hommes et de femmes qui, les pieds dans la glaise, voient pourtant les choses d’En-Haut…

Quel bilan tirerons-nous de ce confinement ? Quel est le véritable  manque eucharistique que nous ressentons ? En quoi ce temps de désert a-t-il fait grandir notre perception du sacrement de l’Eucharistie ? Quand nous reprendrons joyeusement le chemin de nos communautés chrétiennes – et nous avons hâte ! – j’espère que nous ne ferons pas que reprendre ce que nous vivions avant, mais que nous prendrons le temps de nous partager ce que nous avons discerné de ce temps habité de Dieu. Le peuple de l’Exode demandait à Moïse : « Dieu est-il présent dans notre malheur, oui ou non ? » (cf Exode 17). Je souhaite du fond du cœur que notre attitude à tous durant ce confinement, que nos propos paisibles témoignent que Dieu habite toute épreuve ! C’est bien là notre vocation chrétienne : être les témoins que Dieu est présent et vivant aujourd’hui, et en toute situation. Dieu ne se détourne jamais de ses créatures, surtout dans l’épreuve ! Ne réagissons pas comme si Dieu n’était pas à nos côtés. Il est vivant, il vit, il nous sauve aujourd’hui.

En contemplant la crèche à Greccio, Saint François d’Assise aimait montrer l’Enfant-Jésus si petit en disant ces mots : « Regardez l’humilité de Dieu ». Nous en avons fait un chant que nous aimons et que nous reprenons souvent lorsque nous célébrons l’eucharistie ou que nous adorons le Saint Sacrement. Ce sacrement de l’Eucharistie nous montre l’humilité de Dieu. Le concile Vatican II dit, lui, que l’eucharistie est « la source et le sommet » de la vie chrétienne. Un vieil évêque commentait de manière magnifique cette expression par ces mots : « Il n’y a rien de plus salissable qu’une source et rien d’aussi fragile qu’un sommet ». Que ce temps que nous vivons, douloureusement, nous fasse découvrir à nouveau ce sacrement source et sommet de la vie chrétienne. Ainsi nous célébrerons fidèlement selon la volonté du Seigneur au Cénacle il y a 2000 ans, en faisant mémoire de Lui, et uniquement de Lui.

Paul-Antoine Drouin +

 

#7
#8

#1 : « L’Eucharistie est un don de Dieu en attendant son retour ! L’Eucharistie est célébrée pour la première fois dans un temps de crise. »

#2 :  » Sacrifice – Agneau pascal – Agneau de Dieu. Le Christ s’est offert lui-même en sacrifice. »

#3 : « Qu’est-ce que la liturgie et pourquoi la liturgie ? »

#4 :  » Eglise – Jésus le Christ – Vierge Marie »

#5 : « La Parole de Dieu et la présence réelle du Corps et du Sang du Christ »

#6 : « Ici revenons sur le lien entre la célébration de la messe et la communion avec le successeur de Pierre et l’évêque du lieu. »

#7 : « Le lien entre la liturgie et les rites. »

#8 : « Des points de repères catéchétiques sur la liturgie de la messe. Ce dernier sujet est traité en lien avec notre période de confinement (covid19). »

#1
#3
#5
#2
#4
#6
Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre