Message de Pâques de Mgr Le Saux

« Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité » C’est de cette manière que les chrétiens se saluent le matin de Pâques.

La résurrection du Christ est le cœur de la foi chrétienne, elle en est le fondement. Si le Christ n’est pas ressuscité, vide est notre message et vide aussi notre foi. Si l’on supprime la foi en la résurrection ou si l’on considère que ce n’est pas si sûr, alors le message de l’Evangile est sans doute digne d’attention, mais ce n’est qu’une conception religieuse du monde parmi d’autres. Jésus demeure une figure intéressante, mais en réalité, c’est un échec et nous ne sommes plus chrétiens. La résurrection du Christ n’est pas objet d’opinion, elle est fondement de la foi chrétienne.

La résurrection de Jésus est un événement historique. On a déposé Jésus mort dans le tombeau et il n’y est plus. Les apôtres et les disciples ont réellement rencontré Jésus ressuscité. Il ne s’agit pas de manière de dire les choses ou d’un symbole pour nous donner de l’espoir, il s’agit d’un évènement qui a fait basculer l’histoire de l’humanité, le sens de la vie et de la mort en sont radicalement modifiés.

Jésus, par amour de l’humanité, par amour de tout homme et de toute femme, quel que soit son histoire, son origine, sa situation a donné sa vie pour nous libérer du mal, du poids de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement et de la mort. La résurrection signifie que l’amour est plus fort que la haine, que la lumière est plus forte que les ténèbres, la vérité plus forte que le mensonge, la vie plus forte que la mort. Jésus est vivant parmi nous aujourd’hui. Il rejoint nos vies, à chaque moment pour la remplir de sa lumière.

Alors que nous sommes encore confrontés à l’épidémie de Covid 19 et ses conséquences lourdes et douloureuses, alors que notre société est traversée par l’inquiétude, l’angoisse face à l’avenir, face à l’émergence de la violence, à la confusion étique, face à l’irréel véhiculé par les réseaux sociaux, la mission des chrétiens est d’apporter au milieu de ce monde, dans la réalité de ce monde, l’espérance qui jaillit de la résurrection du Christ.

Nous n’avons pas de réponses toutes faites face à ces situations, mais nous sommes confiants que le Seigneur nous ouvrira  des portes dont nous ignorons encore l’existence, à condition que nous soyons assez humbles pour nous remettre en cause.

Nous croyons que la porte obscure de l’avenir  a été ouverte toute grande par la passion, la mort et la résurrection du Christ. C’est cela le cœur de notre foi, l’origine de notre espérance. Une vie nouvelle nous a déjà été donnée. Chacun de nous est définitivement aimé et quel que soit ce qui peut arriver, nous savons que nous sommes attendus par cet amour.

Jésus ressuscité n’a pas promis l’éternité de nos modalités de vie, même de la vie ecclésiale. Il n’a pas promis que l’on plairait à tout le monde et que l’on ne se tromperait jamais. Il a promis qu’il serait toujours là avec nous. Il est même capable de se servir des épreuves parfois déconcertantes, même celles qui sont les conséquences de nos péchés pour nous conduire à une plus grande authenticité, à une plus grande joie. C’est ce qui se passe dans la passion, la mort et la résurrection du Christ et qui nous est donné.

Le Christ est ressuscité.

✠ Yves Le Saux
Evêque du Mans

Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre