L’église Saint-Bertrand du Mans

L’émission de radio « Récits de nos églises » illustrée par les archives du diocèse

L’actuelle église Saint-Bertrand, au Mans, date de 1993. Mais avant celle-ci, un autre édifice se trouvait au même endroit. Venez découvrir l’histoire pour le moins tumultueuse de l’église Saint-Bertrand et de son quartier, dont les origines remontent au Moyen Age…

Transcription de l'émission de radio

Rendons-nous au Mans, et plus précisément dans le quartier de Gué Maulny, à la découverte de l’église Saint-Bertrand.

L’histoire religieuse de ce quartier commence au Moyen Age. Il existait sur les rives de l’Huisne un château, propriété de la famille de Valois. En 1319, Philippe de Valois, futur roi de France, est alors comte d’Anjou et du Maine. Il réside dans ce château quand sa femme Jeanne de Bourgogne donne naissance à son fils Jean. Pour fêter cette naissance, Philippe de Valois fonde une chapellenie au Gué Maulny ou les chapelains pourraient prier pour son âme ainsi que pour celles des membres de sa famille. Les évènements de la guerre de Cent ans mettront fin à la courte existence de cette chapelle. En effet, en 1356, le château, la chapelle, le logis des chapelains ainsi que tous les faubourgs du Mans sont saccagés par les troupes anglaises du duc de Lancastre.

Faisons maintenant un saut dans le temps. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le quartier du Gué Maulny fait partie de la paroisse Notre-Dame de la Couture. Son curé, l’abbé Deslais fait remarquer que la population de ce quartier augmente considérablement et que le besoin de la création d’une paroisse commence à se faire sentir. Une chapelle en bois est bâtie mais il faudra pourtant attendre le 12 janvier 1913 pour qu’une paroisse soit officiellement fondée.
La paroisse est dédiée à saint Bertrand, évêque du Mans du VIIe siècle et fondateur, notamment, de l’abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de la Couture.
Le premier curé nommé est l’abbé Edouard Roulet. Il a 45 ans, est prêtre depuis 21 ans et curé de Ruillé-sur-Loir depuis 1905. Il entreprend en premier lieu de collecter de l’argent pour construire une église en pierre. Ses efforts sont interrompus par la Première Guerre mondiale. Les dons qui continuent d’être faits sont associés à une demande de prière pour un fils, un père, un frère parti au combat. Pour organiser ces dons, l’abbé Roulet fonde l’œuvre du Souvenir Perpétuel le 8 décembre 1915. Il décide également que la future église sera élevée en souvenir des morts de la guerre, pour être le centre de la prière perpétuelle pour tous les défunts.

Finalement, le 2 juillet 1922, la première pierre est posée et bénie par Mgr Georges Grente. A cette occasion, une fête champêtre est organisée sur le chantier et sur le terrain voisin avec des comptoirs tenus par les dames et les jeunes de la Ligue patriotique des Françaises. Une tombola, une pièce de théâtre ainsi que des promenades en voiture sont également mises en place. La nef est rapidement construite mais l’argent manque pour construire un chœur et une abside. Les efforts financiers sont concentrés pour achever le clocher qui sera béni le 9 octobre.

Pendant 67 ans, l’église Saint-Bertrand permet le rassemblement de nombreux fidèles. Néanmoins, la construction, rapide voire provisoire pour certains endroits, tels qu’au niveau du mur du fond, affaiblissent l’édifice. L’église est donc déjà bien fragilisée lorsque le soir du dimanche 11 février 1990, la foudre et la tempête s’abattent sur elle. La foudre est rentrée par le chœur et ressortie par les vitraux. La toiture est en grande partie détruite, et des débris ayant été projetés aux alentours ont fait de nombreux dégâts, heureusement uniquement matériels. Les dommages étant trop importants, et après une large consultation comprenant les paroissiens, Mgr Gilson décide la démolition de l’édifice, en vue d’en construire un nouveau. Seuls le coq, les cloches, le bénitier et vingt vitraux sont conservés en vue d’être installés dans la nouvelle église. Le projet se construit et la première pierre est posée le 19 février 1993. L’église est construite en béton imitant la pierre, dans une volonté d’ouverture sur le monde signifiée par les grandes baies vitrées de la façade. Mais elle est aussi ancrée localement, comme peuvent en témoigner les quatorze panneaux bibliques réalisés par des étudiants de l’école des Beaux-Arts du Mans. Mgr Gilson avait annoncé que la nouvelle église serait achevée à Noël, il a pu tenir sa parole. La première messe est célébrée le 24 décembre 1993.