Focus sur le Brésil grâce au père Xavier

Le 13 avril  2021,

Chers amis et Famille,  il est encore temps de vous souhaiter Joyeuse Pâques.
Que le Christ ressuscité apporte la joie et la paix dans les cœurs malgré l’épreuve sanitaire que nous traversons.

Ici, les célébrations pascales se sont passées dans ce contexte de confinement sanitaire et donc sans la présence des fidèles comme c’était le cas en France pendant la semaine pascale 2020. Nous sommes en pleine période des pluies, et malgré la situation plutôt morose de la pandémie, la nature verte et luxuriante nous redit la puissance de la vie. Au moment où je vous écris, les célébrations sont de nouveau ouvertes à raison de 10 % maximum de la capacité des églises. Vous imaginez que c’est bien difficile à contrôler et que l’on ne va pas commencer à faire la police à l’entrée, mais en général les gens sont plutôt prudents et beaucoup continuent d’accompagner les messes qui sont transmises à travers les réseaux sociaux. Le message des évêques est clairement de suivre les consignes pour protéger les vies.

La situation économique et politique reste préoccupante. Le prix des aliments de base a beaucoup augmenté. (Doublé ou triplé depuis un an) Ici, dans l’état du Ceará, des familles souffrent de nouveau de la faim qui avait presque disparue. Pour deux raisons principales : La première est la conséquence de la pandémie qui fait que l’économie est très au ralenti. La deuxième est que le gouvernement fédéral actuel a supprimé beaucoup d’aides sociales qui permettaient aux plus pauvres de s’en tirer. Aujourd’hui des familles se retrouvent dans des situations de grande pauvreté. La situation politique n’est pas bonne non plus. Le président Jair Bolsonaro renvoie régulièrement ses ministres. Nous en sommes au quatrième ministre de la santé depuis son élection. Il faut dire que le Président affiche publiquement son désaccord face au confinement. Il ne porte pour ainsi dire jamais le masque en publique, et déclare à la télévision que cela ne sert à rien de rester chez soi et qu’il faut reprendre le travail. Du coup il est en conflit ouvert avec un certain nombre de Gouverneurs dont celui de l’état du Ceará. Il y a un mois, Bolsonaro a limogé et fait remplacer les 3 principaux généraux de l’armée, à tel point que les médias se sont demandé s’ils n’étaient pas en train de préparer un coup d’état.

Au niveau de la Maison, nous avons fait quelques travaux pour la rendre plus accueillantes. Agrandissement de la salle à manger en déplaçant la cuisine dans une autre pièce. Démolition d’un mur pour transformer deux petites salles en une seule grande pièce d’entrée. Remise à neuf de l’installation électrique qui était ancienne et dangereuse. Et enfin un bon coup de peinture à la chaux sur l’ensemble des murs…Tout est terminé ouf !

Les gens aiment venir prier dans cette belle église de pierres “église de la Mère de Dieu” qui par sa beauté, le silence et le cadre de la nature qui l’entoure invite à la rencontre avec Dieu et à la contemplation. Certains en profitent pour venir à la maison “desabafar” comme on dit en portugais (“Vider leur sac” en jargon français)… parler de leur vie, leurs joies, leurs peines surtout. Il y a beaucoup de détresse sociale (alcool, séparations, violences familiales, problèmes de santé, d’argent etc…)
Je me sens bien démuni pour les aider, mais le dialogue et la prière les aident à retrouver un peu de paix et d’espérance.

Chers amis, ici comme en France, nous attendons plein de confiance que cette pandémie nous laisse et permette à chacun et chacune de reprendre une vie “normale” C’est aussi ce que je souhaite à chacun d’entre vous. Que le Christ ressuscité vous apporte la paix et vous bénisse.
Père Xavier

Célébration des Rameaux sans fidèles
Eglise de la Mère de Dieu
Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre