Coups de cœur de mars

Pourquoi les vaches ressuscitent (probablement), Franck Dubois, Cerf, 2019

Attention, sous ce titre digne d’un livre pour enfant se cache en réalité un petit traité de sotériologie. Dans le contexte écologique qui est celui de nos sociétés contemporaines, l’auteur nous invite à porter un regard neuf sur cette terre que nous avons reçue et sur l’ensemble des créatures qui l’habitent. Il nous montre aussi que Dieu se rend présent en toute réalité matérielle, et que par conséquent il est primordial que l’homme en prenne un soin particulier. Il est donc ici question du corps, de son rapport à l’âme et du devenir de l’ensemble de la faune, de la flore et de l’espèce humaine, après la mort ou à la fin des temps. L’auteur explicite avec justesse la solidarité qui existe entre les différentes composantes de la Création et comment chacune, à sa manière, est associée au Salut.

A.H.

 

Hors Service, père Pierre Amar, 2019

Prêtre actif, au service des paroissiens et des jeunes, disponible, vivant sa vie à cent à l’heure, d’un seul coup tout bascule pour le père Amar. Il se retrouve du jour au lendemain confronté à la maladie et dépendant des autres. Fondateur du site Padreblog qui offre une parole de prêtre franche, directe et réactive sur l’actualité, il fait partie de cette nouvelle génération de prêtres investis dans l’apostolat numérique. Il nous fait vivre son ressenti, face à la maladie, face à la souffrance quotidienne et la nécessité de s’en remettre à d’autres, d’être à son tour servi, assisté. Il délivre ainsi une belle leçon d’humilité et rend un très bel hommage au personnel soignant. Ce témoignage, écrit dans un langage vrai et en même temps délicat, est très encourageant et porté par la foi et l’espérance. Merci au Père Pierre Amar, qui nous montre que le temps de la maladie n’est pas nécessairement un temps perdu !

S.B.

L’arbre d’obéissance, Joël Baqué, POL, 2019

Ce texte est une fiction construite autour Syméon le Stylite, qui vécut en Syrie au Ve siècle et qui pratiqua un ascétisme radical qui le conduisit à vivre isolé des hommes, installé en haut d’une colonne. Son histoire est ici racontée par le personnage de Théodoret de Cyr (autre figure historique), dont on suit le parcours personnel qui va de berger à évêque, en passant par moine. Sa route croise plusieurs fois celle de Syméon. Face à cette figure de sainteté, qui semble aussi inatteignable physiquement que spirituellement, le héros, quant à lui, laisse au contraire transparaitre, à travers les difficultés de son existence, ses échecs, ses passions et ses rêves, une authentique humanité. Écrit dans une très belle langue, ce roman interroge les motivations spirituelles de l’homme, le rapport au corps et illustre le fait qu’il existe de multiples chemins conduisant de la pesanteur à la grâce.

A.H.

Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre