A nos séminaristes morts pour la France

Cette plaque restaurée par Isabelle Gastebois est visible dans le jardin de la maison diocésaine Saint-Julien.

Cette plaque auparavant présente dans le grand séminaire du Mans puis dans la chapelle du centre de l’Etoile est maintenant dans le jardin de la maison diocésaine. Elle a été restaurée par Isabelle Gastebois dont vous pouvez découvrir le talent en allant sur sa page facebook.

Mgr Yves Le Saux l’a bénite mardi dernier.

Nous avons pu retrouver dans la revue diocésaine illustrée « Diocèse du Mans »  de 1916 intitulée « Nos prêtres au champ d’honneur » plusieurs récits sur la vie de ces séminaristes.

Monsieur l’abbé Maurice Le Sassier, sous -diacre, tué le 27 septembre 1915 devant Auberive.

Né à Bonnétable le 27 août 1886, il avait reçu le sous-diaconat le 6 juin 1914 et eût été ordonné prêtre en juin 1915.

« J’ai à vous annoncer une bien triste, une affreuse nouvelle, qui m’ porté un coup douloureux dont je suis encore accablé : votre fils n’est plus…
Le 25 septembre, il avait passé tout le jour à se prodiguer de tous côtés sur le champ de bataille et nous avions ensemble échappé bien des fois à la mort durant ces heures.

Mais il devait mourir. A la fin du jour, et tandis qu’il était penché sur un blessé, il a été frappé à la tête, d’un obus ; il est tombé sur les genoux et a rendu l’âme.La belle âme !
Mon Dieu, s’il avait désiré la mort, il n’en pouvait pas être de plus belle, ni aucune qui lui soit moins appropriée.

Il est mort comme un martyr, comme un saint, avec des gestes de charité et avec son aimable sourire ,et maintenant nous le pleurons tous.Les mots ne peuvent pas dire ce que j’ai perdu. Pardonnez-moi la peine que je viens vous apporter et recevez l’expression de ma profonde et respectueuse sympathie. » Docteur Reberdy, médecin major

 

 

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de la bénédiction
Marie Pitette, archiviste du diocèse au micro d’RCF

Monsieur l’Abbé Victor Jupin, séminariste, infirmier de la 12ème Compagnie au 115ème de ligne, a été tué à l’ennemi le dimanche 3 octobre 1915.

Victor Jupin, né à Souligné-sous-Ballon le 20 août 1893, manifesta dès son enfance le goût de la piété et le désir d’être prêtre. Après avoir commencé, dans ce but, ses études au presbytère de Souligné, il fut placé avec son frère, un peu plus jeune que lui, à la Maitrise de la Chapelle-du-Chêne, puis de là à l’institution Notre-Dame de La Flèche.
Ensuite il entra au séminaire du Mans au mois d’octobre 1913.

Appelé à Mamers le 12 août 1914, pour être affecté au 115ème de ligne, Victor Jupin partit résolument, bien décidé à remplir son devoir de soldat. On peut dire qu’au régiment comme au séminaire, la dignité de sa tenue, sa fidélité dans son service, l’amabilité de son caractère, jointes à une franche pitié, lui assurèrent tout de suite la confiance de ses chefs, l’amitié de ses camarades, l’estime et le respect de tous.
Tant de qualités ne devaient pas se démentir dans son rôle d’infirmier sur le front. Là au contraire il était plein de confiance et de courage et savait communiquer aux autres sa bonne humeur.
Si sa mort méritoire et glorieuse est un grand deuil pour sa famille, elle est aussi une grande perte pour le diocèse dont Victor Jupin eut été un prêtre fort pieux et très zélé.

Chaque semaine, recevez toute l’actualité du diocèse
S'abonner à la web-lettre

Luttons contre les agressions sexuelles et la pédocriminalité

Victimes ou proches, l'Eglise vous écoute
Prendre contact